Cours de l'Ecole du Louvre

Située à Paris, l’École du Louvre dispense un enseignement d’histoire de l’art, d’archéologie, d’épigraphie, d’anthropologie et de muséologie. Depuis plusieurs années, elle organise des cours en région. Pour la quatrième année consécutive, deux cycles sont mis en place au musée Bernard d'Agesci à Niort, l'un en novembre et décembre 2018, l'autre en janvier et février 2019.

Les mardis, de 18h à 19h30.

Durant cinq séances d’une heure et demi, Cécile Bulté, docteur en histoire de l'art, chargée de cours à l'Ecole du Louvre, nous propose de découvrir Giotto à travers l'ensemble de son oeuvre, d'Assise à Florence, des retables aux cycles de fresques en passant par la mosaïque de la Navicella à Rome. Il sera l'occasion de comprendre, à travers les analyses détaillées, comment Giotto s'est imposé comme le fondateur de la modernité en peinture.

Dans l'Italie du Trecento, Giotto di Bondone (1266 ou 67-1337) s'impose dès son vivant comme le créateur d'un nouveau langage pictural et d’une nouvelle vision du monde qui lui vaudront d'être considéré par les humanistes du Quattrocento comme le peintre d'une nouvelle subjectivité.

De fait, alors que les artistes de son époque redécouvrent la peinture d'icône à la manière byzantine, le jeune peintre, formé dans l'atelier de Cimabue, réalise, vers 1290, à Assise, un premier cycle de fresques sur la vie de saint François qui bouleverse et dépasse ces canons byzantins. L'histoire religieuse y est mise en scène dans un temps contemporain et dans un espace en profondeur, témoignant de nouvelles expériences sur la perspective et la narration. Quant aux figures, tout autant elles aussi éloignées des personnages statiques et standardisés des icônes, elles sont animées de gestes, de regards et d'émotions d'une intensité inédite. C’est chez Giotto le point de départ d’une représentation des figures humaines de plus en plus singularisées et individualisées qui aboutira à la renaissance du portrait.  

  • Mardi 6 novembre 2018
    Du fond d’or au bleu du ciel : un nouveau langage pictural

  • Mardi 13 novembre 2018
    Les grands cycles de fresques : espace et narration

  • Mardi 20 novembre 2018
    L’homme et le sujet : l’invention du portrait peint

  • Mardi 27 novembre 2018
    Giotto à Florence : le peintre, la cité et l’humanisme

  • Mardi 4 décembre 2018
    Giotto et l’histoire de l’art : postérité et autorité de l’artiste moderne

Tarifs : plein : 43,50 € / réduit : 26 € / formation continue : 53,50 €

Les mardis, de 18h à 19h30.

Durant cinq séances d’une heure et demi, Sébastien Bontemps, post-doctorant, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, chargé de cours à l'Ecole du Louvre, nous expose les vies de Madame de Maintenon, tour à tour mère sans enfants, femme du Roi, édicatrice et "mère de l'Eglise" (Saint-Simon).

Petite-fille du grand poète protestant dont elle porte le nom, Françoise d’Aubigné naquit à la prison de Niort où son père purgeait une peine pour faux monnayage. Après un séjour à la Martinique, elle vécut pauvrement avec sa mère du travail de ses mains. Pourtant, veuve à vingt-cinq ans, elle se fait remarquer par Mme de Montespan et devint gouvernante de ses enfants illégitimes. D’une position subalterne, elle devint néanmoins une incontournable conjointe. En effet, pleine d’esprit, elle se rapproche du roi, qu’elle épouse secrètement après la mort de la Reine en 1683. Mais plus qu’une femme d’État, elle fut surtout la tutrice de l’Église, sa grande œuvre étant la Maison royale de Saint-Louis, qu’elle fonda à Saint-Cyr, destinée à l’éducation des jeunes filles nobles et sans fortune.

Les vies de Madame de Maintenon, tout à tour mère sans enfants, femme du Roi, éducatrice et « mère de l’Église » (Saint-Simon), posent des questions aussi importantes et diverses que les conditions réelles de l’ascension sociale au XVIIe siècle, le fonctionnement de la société de cour, la question de l’éducation et celles de la spiritualité et des voies du salut. Les cinq séances de ce cycle interrogent donc l’énigme de Madame de Maintenon à travers ses rapports avec la cour, le roi, l’éducation et la religion, avant de poser notre regard sur les représentations de la marquise dans les arts, qui ont irrémédiablement forgé sa légende.   

  • mardi 8 janvier 2019
    Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon : exemple d’une ascension sociale au XVIIe siècle

  • Mardi 15 janvier 2019
    Madame de Maintenon à la cour : les appartements de Versailles et du Trianon

  • Mardi 22 janvier 2019
    Madame de Maintenon et le Roi : les appartements de Maintenon, de Fontainebleau et de Marly

  • Mardi 29 janvier 2019
    Madame de Maintenon éducatrice : les demoiselles de Saint-Cyr

  • Mardi 5 février 2019

    Madame de Maintenon dans les arts : peinture, littérature et cinéma

Tarifs : plein : 43,50 € / réduit : 26 € / formation continue : 53,50 €

Inscriptions

Vous pouvez vous inscrire directement en ligne avec paiement par carte bancaire sur le site internet de l'Ecole du Louvre ou par voie postale en téléchargeant un formulaire d'inscription.