DÉCOUVRIR LE TERRITOIRE

Christian Rault, luthier au Vanneau-Irleau

Communauté d'Agglomération du Niortais Logo de NiortAgglo

08/12/2017

Formé dans l'une des plus prestigieuses écoles de lutherie, Christian Rault s'est spécialisé dans l'organologie médiévale.

Il revient d’Argentine et dans une semaine il s’envolera pour l’Espagne. S’il a choisi dès la fin de sa formation de luthier de revenir habiter le village paternel du Vanneau-Irleau,  Christian Rault aura néanmoins passé sa carrière à voyager.

Artiste dans l’âme, c’est tout d’abord la sculpture qui l’a attiré à la prestigieuse école parisienne des Arts décoratifs. « Mais l’inertie des objets sculptés m’ennuyait alors que la musique est un univers tellement mobile et vivant ! » 

Reçu directement en deuxième année dans l’excellente école de lutherie de Crémone, en Italie, il en sort en 1977, en pleine période folk qui signait aussi un regain d’intérêt pour les musiques baroques, médiévales et Renaissance. « On rejouait ces musiques, mais sur des violons déguisés  qui ressemblaient vaguement à ce qu’on pouvait voir sur les documents d’époque. » Le déclic se produira en repérant un drôle d’instrument sculpté sur le portail de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle. Constatant qu’historiens et musicologues ne s’y sont pas intéressés, il va pister l’organistrum dans toutes les églises d’Europe et dans les archives. La publication de cette recherche marquera son entrée dans le monde de l’organologie* médiévale dont il va être l’un des pionniers.

Reconstituer les instruments, comprendre comment ils sont fabriqués, avec quels matériaux, mais aussi leur fonctionnement, ce qu’ils doivent aux différentes cultures, met au jour une mine d’informations sur l’organisation de toute une société. « Nous avons découvert des techniques précises, des préférences esthétiques, des évolutions au fil des siècles, mais aussi des constances, qui montrent qu’hier comme aujourd’hui la musique était un art exigeant avec des écoles d’interprétation, des transmissions de maitres à élèves, des musiciens virtuoses. »

On peut écouter Christian Rault parler pendant des heures de l’apport de la musique orientale ou de l’architecture sophistiquée du violon, expliquer pourquoi la harpe- psaltérion est passée de la main des rois à celles d’ânes lubriques.  Transmettre ce savoir passionnément acquis au fil de ses recherches et expériences, lors de colloques, de conférences, d’interventions auprès de professionnels à travers le monde constitue une grosse partie de son activité actuelle. « Je pense avoir fait le tour de tous les instruments à cordes occidentaux à reconstituer, reconnait-il, même s’il en reste à mettre au point comme la citole, dont on ne sait pas si les cordes étaient métalliques ou en boyaux. »

*Science des instruments de musique